Notre motion

Motion unitaire du rassemblement des écologistes EELV Poitou-Charentes adopté lors du congrès régional du 18 octobre 2014.

 Motion de rassemblement
EELV Poitou-Charentes

Préambule
En 1974, René Dumont avait déjà tout dit. Les décennies suivantes n’ont fait que conforter et actualiser ses propos, puis synthétiser son projet en quelques mots : « transition écologique de la société ».
Nous sommes aujourd’hui les porteurs de ce projet.
Cette transition repose sur les trois piliers que sont la protection de l’environnement, un réel partage des richesses et la mise en place d’une 6e République incluant notamment la représentation proportionnelle. Sans dissocier l’un de l’autre et avec la pleine conscience de leur interdépendance. Protéger localement nos ressources en eau ou imposer aux états des quotas de rejets de gaz à effet de serre, définir une échelle des salaires décente dans l’entreprise ou conduire une réforme fiscale équitable et écologique, généraliser la parité de résultat dans les institutions ou interdire le cumul des mandats… ne sont que quelques-unes des solutions que nous portons pour un mieux-vivre collectif.
La transition énergétique, avec la croissance des énergies renouvelables et l’abandon programmé du nucléaire, avec ses créations d’emplois durables et non délocalisables, est l’une des meilleures illustrations de l’écologie politique.

Contexte
La crise est globale. Ses conséquences sociales, financières ou environnementales touchent tout le monde. Mais ce sont bien les plus faibles qui en souffrent le plus.
C’est l’échec patent du système productiviste libéral basé sur la croissance. L’écologie politique, dans un climat général délétère, se doit d’apparaître comme une alternative crédible et incontournable aux yeux des citoyen-ne-s.
Jamais les inégalités dans la société n’ont été aussi grandes, les chantiers inutiles s’accumulent (A831, LGV Poitiers-Limoges, super incinérateur d’Echillais…), les effets du réchauffement climatique se font déjà sentir… et pour beaucoup c’est l’extrême droite qui se révèle un recours possible !?
Il nous appartient donc, dans la séquence qui vient, de trouver les espaces pour « faire bouger les lignes » dans le camp de l’alternative à la Droite et au Front National. La résistance et le projet de gouvernance doivent s’organiser autour de l’écologie politique. A nous d’en créer les conditions.

Perspectives politiques
Avec les premières années du quinquennat de François Hollande, les dernières illusions de l’application d’un programme qui prennent en compte nos valeurs se sont éteintes. Le Parti Socialiste, malgré quelques signes de lucidité sur le sujet, ne change pas sa conception du progrès. La croissance à n’importe quel prix reste son credo. Par ailleurs, du mépris affiché à notre égard lors de la discussion sur les Sénatoriales au détricotage de la loi ALUR, les exemples sont légion de la permanence de son esprit hégémonique. Notre stratégie électorale privilégiée pour la période à venir sera donc l’ « autonomie ouverte ».

C’est à dire d’abord l’ouverture à la société civile et à la vie associative, puis éventuellement aux forces de gauche. La relation au PS national et aux actions du gouvernement ne doivent pas conduire notre communication sur notre stratégie régionale, nous devons afficher notre attachement au rassemblement, et rappeler que ce sera sur la base de nos engagements programmatiques que nous engagerons nos alliances. Nous devons afficher notre souhait de dialogue avec nos partenaires sans a priori. Notre priorité sera le rassemblement de tous les écologistes !…

Pour les Régionales 2015, cette stratégie devra être discutée avec les Conseils Politiques Régionaux du Limousin et de l’Aquitaine.

Ré-ouvrir le chantier de la « politique autrement »
Le désamour, pour ne pas dire le rejet, dont souffrent tous les partis, y compris le nôtre, nous fait un devoir de réinterroger notre façon de militer et de nous organiser. Retrouver le contact avec le peuple c’est certainement mieux articuler une nouvelle démocratie représentative avec une réelle démocratie participative.
Nous nous proposons d’ouvrir dans l’année qui vient une réflexion sur cette question, notamment concrètement à l’occasion des deux campagnes électorales avec la mise en place des fabriques citoyennes, écologistes et solidaires.

Perspectives internes
La grande inconnue est évidemment l’avenir de nos instances et structures actuelles (CPR, locaux, salarié-e-s…) après l’application de la réforme territoriale.

Nous ne pensons pas raisonnable, dans un premier temps, que soit mis en place un seul CPR ayant en charge les militant-e-s et coopératrices-teurs allant de Bressuire à Bayonne en passant par Ussel.

Pour l’instant, nous souhaitons donc que Poitou-Charentes demeure notre périmètre d’action et de réflexion. Tout en multipliant, bien sûr, les occasions de travail en commun, notamment en matière de politique régionale. Il sera toujours temps ensuite, si la volonté des militant-e-s est là, de fusionner les instances internes de Poitou-Charentes, d’Aquitaine et du Limousin.

Organisation régionale
L’écologie politique vise clairement à sortir de l’étroitesse des égoïsmes, qu’ils soient locaux ou nationaux. Nous portons les valeurs du fédéralisme et de la solidarité.

Cela doit se concrétiser dans le comportement de chacun-e, que nous agissions en tant que militant-e ou employeur-euse.
C’est pourquoi, même si les perspectives financières semblent plutôt pessimistes à cette heure, les deux objectifs suivants sont réaffirmés :
– doter le département de la Charente d’un local régional à Angoulême,
– offrir à notre salariée un plan de carrière et de formation conforme à notre éthique, à ses désirs et à nos ambitions.

Sur le plan du fonctionnement interne, nous apporterons un soin particulier à l’accueil de nouveaux adhérent-e-s, ainsi qu’au développement du Réseau Coopératif et du mouvement des Jeunes Écolos qui, par leur diversité, sont une véritable chance de renouvellement pour notre parti. Nous devrons poursuivre et amplifier la formation de nos militant-e-s (cadres ou non), affiner le processus de régionalisation de la trésorerie, améliorer notre communication, tant en interne qu’en externe. Nous inciterons nos militant-e-s à participer aux travaux des commissions nationales.
Nous n’oublions pas que la cellule de base du parti est le Groupe Local. C’est à cette échelle que se constituent nos forces vives et que les actions sont menées. C’est la première vitrine de notre politique et notre lieu d’accueil privilégié.
Il conviendra donc de renforcer la coopération entre la Région et les GL pour mettre en place des actions en direction des citoyen-ne-s, les attirer et les garder parmi nous. Le CPR se réunira autant que possible sur une journée (par exemple avec rencontres de travail et d’échanges le matin et CPR proprement dit l’après-midi), ce qui permettra :
– une coopération renforcée entre les Secrétaires des GL, à l’instar de la Conférence des Secrétaires Régionaux-ales au niveau national,
– un travail mieux suivi des commissions,
– une autoformation permanente des militant-e-s,
– une meilleure cohésion globale du mouvement.

Conclusion
Notre ambition – faire partager au plus grand nombre l’envie d’écologie – passe par l’exemplarité. Et d’abord dans les relations humaines. Faisons-nous confiance en partageant largement les tâches et les prises de décisions, et lançons-nous ensemble lucidement dans la 5e décennie de l’écologie politique en Poitou-Charentes…

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.

Remonter