En panne d’inspiration, le gouvernement lorgne vers l’extrême droite.
Partager

Si elle s’est d’abord distinguée par son absence et son manque de réactivité face à la détresse des étudiant.es, Frédérique VIDAL, Ministre déléguée à l’Enseignement supérieur et à la recherche, compte bien rattraper son retard en faisant preuve de la bêtise la plus crasse. Par quel moyen ? La bouée de sauvetage de tout.e politicien.ne de droite en manque d’idée et de visibilité : s’attaquer à la religion musulmane. C’est donc en diligentant une enquête du CNRS sur “L’Islamogauchisme dans les universités” (sic) que Mme VIDAL compte reprendre pieds. Affligeant.

Rien de tel pour masquer l’incompétence d’un gouvernement qu’un énième débat sur le voile, les certificats de virginité ou les allergies au chlore pour assécher la piscine. C’est donc avec un enthousiasme non dissimulé que Frédérique VIDAL et son Ministre de tutelle, Jean-Michel BLANQUER, participent à la normalisation d’un mot valise “islamogauchisme”, cher à l’extrême-droite. Ce néologisme abscon figure même en couverture du Figaro ce mardi 16 février, preuve s’il en fallait que la « fenêtre d’Overton », dispositif visant à répandre et imposer un vocabulaire, lui-même cheval de Troie des idées d’extrême droite, fonctionne. Après un débat sur le service public où le Ministre de l’intérieur, Gérald DARMANIN, a cherché à déborder Marine LE PEN par sa droite, c’est Mme VIDAL qui se ridiculise et se réfugie derrière l’écran de fumée de “l’islamogauchisme”.

Comment apaiser et hausser le niveau du débat avec de telles méthodes ? Le gouvernement, qui semble déjà faire l’impasse sur les élections régionales et départementales des 13 et 20 juin, prépare activement le terrain pour faciliter un duel MACRON – LE PEN au second tour de la Présidentielle. Nous refusons cette stratégie mortifère. Diffuser le vocabulaire et les idées de l’extrême droite ne profite qu’à cette dernière.

Il en va de notre responsabilité politique de combattre l’extrême droite comme nous combattons tous les extrémismes religieux. Nous affrontons une crise sanitaire, sociale, économique et environnementale, c’est sur le terrain, avec l’aide des élu.es et le concours des citoyennes et citoyens, que nous relèverons le gant.

Jean-Pierre LARTIGE, Secrétaire régional

Contact presse :
Quentin PANNIER-LEONARD : 06 86 42 95 35